Les meilleurs films de tous les temps selon les spectateurs, Les meilleurs films de tous les temps selon la presse, La Femme qui s’est enfuie Bande-annonce VO, Exhibition On Screen: Frida Kahlo Bande-annonce VF. Lire ses 238 critiques, Suivre son activité Heureusement que quelques personnages secondaires, comme celui de la femme (jouée par Maud Wyler) qui prédit pour bientôt la fin de l’humanité, viennent relancer, de temps à autre, l’intérêt. D’ailleurs, déconnecté des masses populaires, ce film l’est aussi. On pourrait croire que c’est trop gros pour être vrai, mais dans une énorme machine comme une métropole de cette taille, ce genre de chose peut arriver. Vous l'avez repéré ? 18 abonnés Plus qu’un problème en soi, cet « Alice et son maire » est juste un symptôme. Ça faisait un moment que je n'avais pas vu un film français aussi représentatif de tout ce qui ne va pas dans ce cinéma français capable de tellement mieux. « Malgré un point de départ original et un duo d'acteurs parfait (Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier), Globes de Cristal de la meilleure actrice, Centre national du cinéma et de l'image animée, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Alice_et_le_Maire&oldid=173240795, Film avec un César de la meilleure actrice, Article avec une section vide ou incomplète, Page pointant vers des bases relatives à l'audiovisuel, Portail:Auvergne-Rhône-Alpes/Articles liés, Portail:Époque contemporaine/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, Assistantes-réalisatrices : Valérie Roucher, Christelle Lahaye, Vanda Braems. Richard Minier, Edouard Salier, De Car au fond, qu’entend nous proposer cet « Alice et son maire » ? Avec Ce film n'est pas un film sur la politique, mais un film sur des hommes et des femmes qui en font. Pariser ne parvient malheureusement pas à donner à sa fable politique autant de saveur que celle qui prévalait chez Rohmer. En effet, on se demande à l’issue de cette projection, quel était vraiment le but du cinéaste Nicolas Pariser contrairement à son film précédent « Le Grand jeu », brillant et implacable dans sa démarche. Dans des opéras. C'est en gros les reproches que j'adressais au premier film de Pariser, Le grand jeu, même si celui-ci est beaucoup plus réussi. Ah c'est sûr, il n'y a pas d'action dans ce film, il n'y a pas vraiment d'intrigue non plus, mais justement ce n'est pas le but. Franchement, le film aurait gagné à être plus clair, même en gardant la même fin, car là, ce n’est qu’après, sur le chemin de retour, que l’on se dit « Alors, en fait, si ça se trouve, c’est ceci ou c’est cela… Mais ce n’est même pas sur ! Coincée entre le marketing politique et le populisme toujours plus puissant et décomplexé, la vie politique française roule encore, grâce à une sorte de force d’inertie qui un jour, fatalement, va s’arrêter. Il n’a plus une seule ide´e. Et enfin – celui qu’on nous présenterait presque comme le représentant du du bas-peuple – un imprimeur de centre-ville qui se plaint de voir disparaître les bons vieux savoir-faire du terroir au profit du numérique. Ça va. On a compris à qui ce film entendait s’adresser… Quatre ans après, le metteur en scène revient avec Alice et le maire, son second long métrage qui traite aussi de politique mais via l'angle de la comédie dramatique. : Lisez de la littérature et agissez pour le bien commun, le monde ne s'en portera que mieux ! Lire ses 1 401 critiques, Suivre son activité 94 abonnés 135 abonnés Cela étant dit, et j'affirme que le film mérite d'être vu, quelques éléments m'ont toutefois gêné. L'intrigue en elle-même ne m'a pas totalement séduit sur la deuxième partie du film mais qu'importe : l'ensemble reste assez intéressant et plutôt réussi. Symptôme de ce qu’est notre société. Jamais auprès des gens. Alice et le maire Sortie le 02 octobre 2019. Mais bon ça donne une jolie petite scénette, alors on ferme les yeux ! Publicité | 2726 abonnés ), pouvoir croire et adhérer en son for intérieur, aux nobles idées qu’il partage avec Alice et par là-même avec Rousseau ou Orwell... Alice et le Maire est une comédie dramatique française réalisée par Nicolas Pariser, sortie en 2019. Film assez ennuyeux, et pas très crédible, où Luchini ne fait presque que de la figuration. » Le Parisien n'a pas trop apprécié : « Malgré un point de départ original et un duo d'acteurs parfait (Fabrice Luchini et Anaïs Demoustier), Alice et le Maire … Oui et surtout que cela soit celle qui dénonce le manque d'activité du maire dans le milieu de l'écologie, et qu'elle soit en plus de ça une artiste.On a donc un personnage d'artiste et de révoltée dans un film qui n'a rien d'artistique (les dialogues sont toujours filmés de la même manière, le scénario est lent et se perd dans des considérations larmoyantes avec une bande d'acteurs en roue libre), est qui est, qui plus est, moquée dans une scène honteuse.Il est certain que ce n'est pas Wyler qui aurait refusé le rôle de l'artiste insultée et moquée.Elle qui prend tous les rôles qui vient et qui joue comme un pied. Revue de presse | Site www.cinemadourg.free.fr. Comment faire avancer sa cause ? Lire ses 1 401 critiques, Suivre son activité Certains traits par exemple me semblent tout à fait caricaturaux (le projet Lyon 2500, le personnage de Brac). C’est l’un des thèmes de ce scénario. Antoine de Maximy, Alice Pol, Max Boublil, De Lire ses 20 critiques, Suivre son activité Mais sinon, le film fonctionne, certains dialogues sont parfaitement écrits, et même franchement pertinents, sur ce que c’est d’être de Gauche aujourd’hui, sur la montée du populisme jusque dans les têtes des intellectuels. 16 abonnés Un personnage principale vide, antipathique dans sa mollesse et dans sa capacité à n'avoir aucune volonté. Luchini est d’une sobriété qui lui sied parfaitement, et c’est dans ce genre de rôle qu’il prend la vraie dimension qui est la sienne, pas dans l’excès mais dans la sobriété (cf. ». Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Discussion philosophique au service d'une réalisation ennuyeuse..... 2 étoiles et demie! Ensuite la femme de ce pote, encore plus bourgeoise que lui. Et puis, la scène où le Maire signe (ou pas) en disant « Ca oui, ça non… » me fait un peu rigoler doucement. C'est malin, intelligent, un poil sarcastique et qu'il est bon d'entendre louer la politique en ces temps de populisme exacerbé. Lire ses 1 989 critiques, Suivre son activité En France, le site Allociné recense une moyenne des critiques presse de 3,8/5[4]. Lire ses 294 critiques, Suivre son activité Dans des voitures. Alice et le maire est un film réalisé par Nicolas Pariser avec Fabrice Luchini, Anaïs Demoustier. Anaïs Demoustier est très bien aussi, elle a fait des études brillantes, passé des concours, mais elle n’a pas d’ambition précise. La dernière modification de cette page a été faite le 25 juillet 2020 à 00:13. Il y a quelques années, il avait vu le documentaire Le Président de Yves Jeuland, qui lui avait donné envie de faire un film sur un président de région haut en couleur qui emmènerait un jeune assistant intello partout avec lui. On n’est jamais sur le terrain. Cela dit, si comparaison on peut faire, elle est clairement en défaveur du film qui vient en second. CANAL+ : les films et séries à voir en septembre 2020 : Engrenages, Narvalo, The Head... Apple TV, Altice/SFR, YouTube : quels films et séries voir cette semaine (du 13 au 19 juin) . Pour ma part j'ai aimé cet homme, pas présenté comme corrompu, qui se remet en question et qui ne veut pas laisser tomber. Lyon forme en tout cas, comme dans Grâce à Dieu, un décor magnifique. « Alice et le maire », sans être dénué de bonnes idées et de bonnes intentions, manque cependant d’une vraie ligne directrice et ainsi d’un message lisible et parfaitement identifiable, pour être totalement pertinent. Merci à ceux qui me donneront les références des deux livres offerts par Alice au Maire pour l'aider à remettre les pieds sur terre (je manque de culture, pardon...). On aurait pu craindre un film bavard et ampoulé, voire rébarbatif et c’est tout le contraire. Même si l’idée de faire se rencontrer des personnages aux antipodes, l’homme politique aguerri et la jeune femme passionnée de littérature, paraît séduisante, elle épuise assez rapidement ses capacités dramatiques. Il est désolant de constater que ce genre de film ne fait pas déplacer les foules. 430 abonnés Un vrai prolo confronté aux vrais gros problèmes du quotidien en somme… 135 abonnés Des idées… Et donc, telle la plus absurde des farces – absurde parce qu’à peine conscientisée – ce film passe son temps à conspuer dans le discours ce qu’il incarne pourtant à l’écran. Ce lignage est d’autant plus assumé par Nicolas Pariser qu’il met en scène Fabrice Lucchini, acteur fétiche de Rohmer. Du prosélytisme plus ou moins direct pour la Gauche (progressiste donc forcément meilleure - sic - que les autres idées politiques) ce qui décrédibilise le message (dans un film généraliste, ce n'est pas correct de stigmatiser une partie du public, il faut rassembler et montrer qu'on est uni malgré nos individualités) Des bonnes réflexions politiques, malheureusement rarement exploitées dans la réalité car noyées dans le magma des tergiversations et génuflexions de pouvoir. En attente de voir la version "maire de village rural sans budget et oublié du pouvoir central et devant se débrouiller pour faire survivre sa commune", C’est triste… 430 abonnés Le message est flou, l'image des politiques est brouillonne et on se perd dans cette vacuité scénaristique. Il y a une réelle réflexion sur le monde politique et de sa place et action dans le monde en pleine mutation avec les enjeux de disparition des ressources naturelles. Recrutement | John David Washington, Robert Pattinson, Elizabeth Debicki, Par les membres ayant fait le plus de critiques. Ça porte à réflexion mais fait également peur : Le monde est-il perdu comme ces 2 là ? Une réflexion intéressante sur la vie politique d'aujourd'hui.